L'impact du ChatGPT sur le secteur juridique : Équilibrer les avantages en termes de flux de travail, les préoccupations en matière de sécurité et les craintes de perte d'emploi

L'impact du ChatGPT sur le secteur juridique : Équilibrer les avantages en termes de flux de travail, les préoccupations en matière de sécurité et les craintes de perte d'emploi

Le buzz autour de la sécurisation de ChatGPT 100 millions d'utilisateurs deux mois à peine après son lancement, était sans égal. Le chatbot d'IA développé par OpenAI était une révolution au sens propre du terme. Vous pouviez taper n'importe quelle question et obtenir une réponse quasi instantanée (et tout à fait raisonnable). Des questions banales aux documents juridiques complexes, ChatGPT pouvait tout faire.

Bien entendu, lorsque le battage médiatique s'est calmé et que l'omniprésence de la technologie est devenue plus perceptible, les industries ont rapidement commencé à prendre conscience des perturbations du flux de travail qu'elle pouvait engendrer. Vers la fin du mois de mars, Goldman Sachs a indiqué qu'environ 300 millions d'emplois dans le monde pourraient être perdus en raison de l'automatisation induite par l'IA. Ce rappel au monde, qui donne à réfléchir, a rapidement créé un sentiment d'urgence au sein des entreprises pour tirer parti de cette technologie et de son potentiel. Mais d'un autre côté, il a également suscité un sentiment de peur et d'inquiétude.

À l'heure actuelle, la notion de potentiel de l'IA et les préoccupations liées à la perte d'emplois dépassent le monde de l'entreprise et du capital-risque. Elle est entrée dans le lexique courant de toutes les industries, dont beaucoup seront directement touchées par l'IA. À cette fin, ce billet de blog servira d'exploration éclairante de l'impact du ChatGPT sur le secteur juridique et de ce qu'il pourrait signifier pour les professionnels du droit à l'avenir.

ChatGPT et l'industrie juridique - Qu'est-ce qui a été dit ?

Andrew Perlman, dans son article pour la Harvard Law School, écrit que "ChatGPT pourrait être le signe d'un changement encore plus important que l'avènement de l'internet". Et c'est de bon augure si l'on considère les implications potentielles de cette technologie pour la profession juridique. Le travail quotidien d'un avocat implique de nombreuses répétitions, telles que la rédaction de mémoires, la recherche de précédents et la préparation de documents. Ces tâches peuvent être longues et fastidieuses. Il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'éléments cruciaux du travail, mais ils laissent peu de place à la créativité ou à la possibilité de penser stratégiquement et de sortir des sentiers battus.

ChatGPT apporte une solution à ce problème, en permettant aux avocats d'automatiser les aspects fastidieux de leur travail tout en libérant leur temps pour le consacrer à des tâches plus significatives. Cela signifie qu'ils peuvent se concentrer sur les aspects créatifs et stratégiques de leur travail - ceux qui nécessitent vraiment une touche humaine. Prenons l'exemple suivant, tiré de l'évaluation du chatbot par M. Perlman. Il a demandé au robot de rédiger un document de recherche sur les applications potentielles du ChatGPT dans le domaine juridique. Le bot a répondu qu'il pouvait contribuer à la recherche juridique, à la production de documents d'information, à la transmission d'informations juridiques génériques aux utilisateurs et même à la réalisation d'analyses juridiques approfondies sur la base des politiques définies.

Un récent Article de Thomson Reuters a exploré le rôle du ChatGPT (et de l'IA générative en général) dans le cadre juridique en analysant les cas d'utilisation, les préoccupations et les limites abordés lors du récent événement Legalweek. Lors de cet événement, Danielle Benecke, fondatrice d'un cabinet d'avocats, a souligné que "les cabinets et autres entreprises sont assis sur ces données non structurées depuis toujours" et que les technologies d'IA générative pourraient être viables pour "[suralimenter] les lignes de services préexistantes les plus précieuses du cabinet".

L'optimisme est donc de mise et le potentiel des technologies d'IA générative dans les cadres juridiques est évident. Cependant, de nombreuses préoccupations doivent encore être abordées avant le ChatGPT. Il y a la discussion autour de :

  • Des hallucinations de l'IA qui pourraient conduire à des décisions erronées
  • Des décisions fondées sur l'IA qui pourraient être injustes
  • Une compétence linguistique inefficace par rapport à la sophistication de la langue juridique.
  • Manque de précision des décisions en raison des contraintes liées à l'interprétation des concepts juridiques

Il semble que ces limitations soient également prises en compte. Un juge de Cartagena, en Colombie, a intégré ChatGPT dans son flux de travail pour les décisions juridiques entre les audiences. Il a dit que si ChatGPT ne remplaçait pas vraiment la prise de décision humaine, il permettait d'"optimiser le temps passé à rédiger des phrases, après avoir corroboré les informations fournies par l'IA".

Qu'est-ce que cela nous apprend ? Les outils basés sur l'IA ont le potentiel d'apporter une aide considérable à la compréhension des documents juridiques et à leur création. D'où la question suivante : comment ces outils sont-ils accueillis sur le terrain ?

Les recherches de CleverControl révèlent ce qui se passe sur le terrain

Nous avons récemment mené une enquête approfondie auprès de 93 cabinets d'avocats. Nous les avons interrogés sur leur expérience des outils d'IA (en particulier ChatGPT), sur la manière dont ils les utilisent, sur leurs perceptions et leurs attentes, et sur l'état actuel du flux de travail entre l'IA et l'homme dans ces cabinets juridiques. Les réponses ont été positives en faveur de l'utilisation d'outils basés sur l'IA tels que ChatGPT.

  • Près de 30 % d'entre eux ont déclaré utiliser ChatGPT comme l'un de leurs outils de travail.
  • En fait, quatre cabinets d'avocats ont révélé que leurs assistants juridiques passaient 70 % de leur temps à travailler avec ChatGPT.
  • En moyenne, les cabinets juridiques consacrent 2 à 3 heures par jour à l'utilisation de ChatGPT.

Si nous mettons ces résultats en correspondance avec Prévisions de Gartner pour 2022 En ce qui concerne l'évolution de la technologie juridique, tout porte à croire que les outils basés sur l'IA seront de plus en plus acceptés dans le secteur juridique. Par exemple, Gartner a souligné que :

  • 50 % du travail juridique sera automatisé d'ici 2024
  • 25 % des dépenses liées aux applications juridiques des entreprises seraient associées à des fournisseurs de technologies non spécialisés.
  • D'ici à 2025, les budgets consacrés à la technologie juridique devraient être multipliés par trois par rapport à 2020.

ChatGPT et le marché de l'emploi juridique - Qu'est-ce qui se prépare ?

En mars 2023, des chercheurs de l'université de Princeton, de l'UPenn et de l'université de New York ont révélé les domaines industriels les plus exposés à l'influence croissante de l'IA. Les domaines industriels les plus exposés à l'influence croissante de l'IA sont les suivants étude Les "services juridiques" présentent un risque élevé d'exposition à des modèles linguistiques avancés. Les chercheurs ont inclus des profils tels que des avocats, des assistants juridiques et des secrétaires juridiques pour étayer cet argument.

Se référant au rapport Goldman Sachs susmentionné, la banque d'investissement a également affirmé l'exposition à un risque élevé en soulignant que 44 % des charges de travail juridiques pourraient être automatisées. Ainsi, à mesure que le ChatGPT continue de s'imposer dans le secteur juridique, il aura une influence significative sur la façon dont le marché de l'emploi juridique évolue.

D'une part, les cabinets juridiques peuvent l'utiliser pour réduire les coûts des opérations internes. D'autre part, ils pourraient procéder à l'embauche de moins d'employés. Bien sûr, cela ne signifie pas que les avocats deviendront obsolètes. Mais cela témoigne de l'évolution du marché. Examinons ces préoccupations plus en détail :

  • Perte d'emploi - Le fruit à portée de main

    Les parajuristes et les assistants juridiques qui sont chargés de collecter, d'analyser et de passer au crible de grands volumes de documents et de données juridiques pourraient être les plus touchés. Les grands modèles de langage (LLM) actuels et les technologies développées à partir de ceux-ci (comme GPT 3.5 et GPT 4 qui alimentent ChatGPT) sont les plus "avant-gardistes" en termes d'outils basés sur l'IA.

    Étant donné que ces modèles peuvent être facilement mis en œuvre en plus des systèmes parajuridiques actuels, il est probable que les parajuristes des cabinets d'avocats aient du mal à rivaliser avec ChatGPT, en particulier pour les tâches répétitives.

    En fait, cette tendance se manifeste lentement dans toutes les régions du monde. Prenons l'exemple des États-Unis. Le Bureau américain des statistiques du travail souligne que les opportunités pour les "professions de bureau et de soutien administratif" ont diminué au fil des ans. D'ici 2031, il s'attend à ce qu'environ 880 800 emplois en moins de faire l'objet d'une publicité sur le marché.

  • Les problèmes de partialité et d'inexactitude

    Récemment, lorsque OpenAI a publié son modèle de langage le plus avancé à ce jour (GPT-4), elle a expliqué comment ce modèle était utilisé. 40% plus précis que les itérations précédentes. Cela correspond aux objections soulevées au sujet des hallucinations de l'IA et des préjugés dans les chatbots.

    La précision des technologies basées sur l'IA, en particulier celles basées sur le langage, s'est améliorée à une vitesse stupéfiante au cours des dernières années. Cependant, un secteur extrêmement sophistiqué et réglementé comme le secteur juridique pose de nouveaux problèmes : le langage et les concepts juridiques peuvent souvent être très complexes, ce qui rend difficile d'imprégner le ChatGPT du même niveau de complexité.

    Il est évident que la recherche juridique nécessite un important travail de préparation, de sorte qu'un manque de compétences linguistiques pourrait conduire à des décisions inappropriées et partiales. Et il ne s'agit pas seulement des compétences linguistiques du ChatGPT. La possibilité que des technologies basées sur l'IA soient utilisées de manière chauvine sur des personnes mérite également d'être prise en compte.

    Bien sûr, il y a aussi cette lueur d'espoir qui découle de la nature complexe de l'industrie et des résultats relativement fades et directs fournis par les technologies d'IA générative telles que ChatGPT.

Quelle est donc la voie à suivre pour les cabinets juridiques ?

Les prouesses et les inefficacités des technologies d'IA générative ont été mises en évidence cette année. Le secteur juridique a suivi de près l'évolution de ces technologies, ce que confirme une enquête menée par Thomson Reuters auprès de professionnels du droit aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Dans cette enquête, environ 15% des cabinets d'avocats ont émis des avertissements sur l'utilisation de ChatGPT au travail. En fait, 6 % d'entre eux en ont totalement interdit l'utilisation.

Cependant, la même enquête suggère également que plus de 80 % des entreprises reconnaissent le potentiel de l'IA à être intégrée dans certains flux de travail de l'écosystème juridique. Dans ce contexte d'incertitude quant à la viabilité de la technologie, comment les cabinets juridiques doivent-ils planifier l'avenir et se tenir au courant des développements ?

  1. Garder un œil sur les boîtes noires

    Alors que l'utilisation de ChatGPT et d'autres technologies génératives basées sur l'IA continue de se développer dans le secteur juridique, il est probable que certaines affirmations inappropriées et biaisées soient faites. Les cabinets juridiques doivent être à l'affût des préjugés et des inexactitudes dans les résultats fournis par ChatGPT. Il est essentiel que le personnel juridique examine ces résultats et apporte les corrections nécessaires. Après tout, la transparence est un élément clé d'une bonne pratique juridique.

  2. Se préparer à l'inconnu

    En général, les cadres réglementaires et de conformité évoluent lentement. Si ces cadres entraînent parfois des conséquences négatives, ils introduisent également la durabilité dans les opérations commerciales. Les cabinets d'avocats doivent se préparer aux inconnues qui les attendent à cet égard. Ils peuvent le faire en s'assurant qu'ils sont en phase avec l'application de ChatGPT et d'autres technologies basées sur l'IA dans leur cabinet.

  3. Développer une visibilité globale sur l'utilisation quotidienne de l'IA au sein de l'entreprise

    En interrogeant les cabinets d'avocats, nous avons également constaté qu'un grand nombre de ces organisations ont été en mesure de comprendre les schémas d'utilisation de l'IA dans leurs départements en analysant les données recueillies par CleverControl .

Maintenant, alors que nous nous rapprochons du moment où ChatGPT et les technologies génératives basées sur l'IA deviendront omniprésentes dans le secteur juridique, les entreprises peuvent tirer parti de leurs connaissances de CleverControl pour maintenir une visibilité holistique sur l'utilisation de ChatGPT et d'autres technologies génératives basées sur l'IA. Ils peuvent même élaborer des stratégies pour :

  • Comment humaniser le processus qui implique une sophistication extrême ?
  • Quels sont les "points positifs" et les "points négatifs" dans l'utilisation du ChatGPT dans les différents départements ?
  • Quels sont les cas d'utilisation les plus courants de ChatGPT dans les différents départements ?

Dans l'ensemble, ces résultats suggèrent que les technologies basées sur l'IA sont prometteuses d'automatisation dans le secteur juridique. Il est impératif que les entreprises gardent une longueur d'avance afin d'extraire le maximum de valeur de ces technologies et de responsabiliser leurs employés dans le processus.

Here are some other interesting articles: