Pourquoi toutes les idées d'affaires ne fonctionnent pas

Dans toute entreprise, il y a toujours quelque chose à changer, à améliorer, à ajouter ou à supprimer. Sans changement, l'entreprise ne fera que reculer, il faut donc toujours avoir de nouvelles idées. Dans certaines entreprises, des "personnes spécialement formées" sont responsables des nouvelles idées, dans d'autres, c'est le devoir de la direction générale. Dans tous les cas, quelle que soit la personne qui crée ces idées, la responsabilité de leur réalisation ou du refus de les mettre en pratique incombera au directeur général ; c'est pourquoi il doit comprendre comme personne les critères selon lesquels il prend la décision d'accepter ou de refuser l'idée commerciale.

Première étape. L'idée

Le premier point, et le plus important, est qu'une idée peut être originale, mais elle peut aussi être une copie. Une nouvelle idée a toujours un certain nombre de variantes qui sont examinées lors de sa formation ; les copies sont simplement rassemblées et celle qui convient le mieux ou celle qui plaît est choisie parmi elles. Mais une copie est le résultat de quelqu'un d'autre, vous pouvez déjà voir les conséquences de sa réalisation, cependant, vous ne savez pas comment il a été mis en œuvre ni toutes les nuances et même si vous étudiez la chaîne technologique, il n'y a aucune garantie que vous serez en mesure de réitérer l'original. Et si vous parvenez à un résultat similaire, vous ne serez pas le premier et le seul sur le marché. Lorsque l'on travaille avec des variantes, on choisit la plus facile, mais il faut étudier au moins 4 à 6 variantes, l'idéal étant d'en avoir 8.

Étape 2. Limite de temps

L'étape suivante consiste à définir le délai de réalisation de l'idée. Un délai, par exemple jusqu'au 1er septembre, n'est pas suffisant ; la période doit être divisée en étapes intermédiaires dont chacune doit avoir un résultat intermédiaire. Premièrement, dans ce cas, vous verrez physiquement le résultat de vos actions, ce qui constituera une confirmation supplémentaire que vous, en tant que dirigeant, faites tout ce qu'il faut. Deuxièmement, si vous vous écartez du plan, vous pouvez toujours revenir en arrière, c'est-à-dire corriger le processus. Troisièmement, un plan aussi strict vous disciplinera, ainsi que vos subordonnés, et ils ne pourront pas vous raconter de contes de fées du genre "tout va bien, ne vous inquiétez pas" jusqu'au dernier moment, lorsqu'il s'avère que rien n'a été fait. Il s'agit d'une sorte de jalons qui montrent la bonne direction. Chaque étape doit avoir son propre résultat, physiquement visible, tout le reste n'est qu'excuses et prétextes.

Étape 3. Réalisation

Lorsque vous avez choisi la variante de l'idée, vous devez vous y tenir pendant tout le processus de réalisation. C'est à ce stade que les erreurs sont les plus fréquentes, car le dirigeant, de lui-même ou sur la base des convictions de quelqu'un, commence à s'écarter du concept original pour adopter la solution la plus proche et la plus facile à son esprit. Par exemple, le choix des matières premières pour la production change en faveur de celles qui sont moins chères ou la priorité du lancement d'une ligne change au dernier moment. Dans ce cas, vous ne contrôlez plus le processus et il commence à être chaotique. En conséquence, il n'y aura ni l'un ni l'autre. Le directeur général, de par sa position, est responsable de l'ensemble de l'entreprise, y compris de la réalisation de toutes les idées et innovations. S'il n'est pas prêt à assumer la responsabilité du processus de réalisation et qu'il essaie plutôt de la répartir sur l'ensemble du personnel selon le principe "Nous sommes une équipe !", il n'obtiendra pas le résultat nécessaire car l'argent est un niveau de responsabilité. Si le dirigeant n'est pas prêt à prendre des décisions individuelles et à en assumer l'entière responsabilité, mais qu'il aspire aux bénéfices et à la prospérité de l'entreprise, il n'y aura rien d'autre que des slogans tels que "Un jour, nous battrons sûrement tout le monde et deviendrons les leaders sur le marché !!! Nous sommes les meilleurs ! !! Nous sommes une équipe ! !!" Comment nous allons battre ou quand nous allons battre tout le monde est incertain, mais cela sonne bien.

Étape 4. Analyse du résultat

Si votre idée fonctionne, vous devez analyser étape par étape comment cela s'est produit, car c'est votre propre victoire en tant que leader et personne qui a pris toute la responsabilité et l'a menée à son terme logique. Voici donc votre boîte à outils. Si vous ne le faites pas, cette situation ira dans votre "banque d'expériences" et la prochaine fois que vous appliquerez négligemment cette "expérience" dans un cas apparemment similaire, vous risquez de perdre. Chaque cas est différent, quelles que soient les similitudes extérieures qu'il présente. Lorsque vous classifiez la situation à chaque fois et que vous appliquez les outils appropriés à chaque cas particulier, vous créez un nouveau scénario menant à une victoire et non à un échec. Les idées commerciales nécessaires seront alors réalisées et apporteront des avantages au lieu de déceptions et de pertes.